JAZZOGRAPHIE : RETROSPECTIVE

Une volonté de transmettre…

 

C’est sous l’impulsion de Dominique Ribes, chargée des actions culturelles et de la médiation que le Théâtre a voulu mettre en lumière l’art de la lithographie qui est, de nos jours malheureusement très peu connu du grand public.

Depuis le 11 janvier 2018, le Théâtre le Forum a accueilli l’atelier d’un des derniers lithographes français, Mario Ferreri qui transmet avec passion son amour pour cet art.

Pendant toute la durée de l’exposition, les artistes Yves Aubry, Carla Benvenuto, Charles Berberian, Yves Cass, Michel Moreau et Mario Ferreri se sont emparé du procédé lithographique afin de créer un album inédit imprimé en quantité très limitée.

De plus, des démonstrations, des ateliers, ainsi qu’un finissage, qui a eu lieu avant le spectacle « Le Carnaval jazz des animaux », ont accompagné l’exposition afin de nous faire découvrir le travail des maitres lithographes.

C’est à l’âge de 16 ans, après avoir passé deux mois au sein de l’atelier de lithographie de son frère que Mario décide de quitter l’école et de se lancer complètement dans sa passion devenue aujourd’hui son métier depuis 40 ans. 

Après une dizaine d’années d’apprentissage aux côtés d’artistes lithographes confirmés, il ouvre son premier atelier en 1985 à Paris.

Installé à Fréjus depuis 2001, Mario est rappelé à Paris par Claude Draeger, héritier d’une grande famille d’imprimeurs, qui lui propose de travailler sur la réédition de l’album « Jazz » de Matisse, publié en 1947. Tous les essais ont été effectués ici, à Fréjus. Le livre a eu un succès phénoménal et est exposé aux musées de Lille, Nice, au Moma de New York et a été acheté par des collectionneurs japonais. Mario a aussi travaillé sur une série de tableaux érotiques de l’expressionniste autrichien Egon Schiele. Ces deux énormes travaux ont été élus « Livres d’Art de l’année » en 2005 et 2008. Mario est aujourd’hui labellisé Entreprise du Patrimoine Vivant attribué par le Ministère de la Culture et  Maitre Artisan d’art. Son atelier est répertorié dans les Ateliers d’Art de France.

 

 

 

 

Parallèlement à son propre atelier qui nous ramène un siècle en arrière grâce à ses machines anciennes (voir photo), situé au coeur historique de Fréjus, Mario a transmis son savoir faire et sa passion en animant des stages d’initiation chaque samedi du mois de janvier au Théâtre pour le plus grand bonheur des varois.

Durant ces ateliers, il a accueilli une dizaine de passionnés et amateurs qui ont chacun pu créer leur propre oeuvre sous ses yeux attentifs et pédagogues.

 

 

 

 

Il a aussi eu l’occasion de partager son art auprès d’une soixantaine d’élèves d’école primaire et un petit groupe d’enfants handicapés, tous fascinés par cette pratique artistique. 

   

Le maitre lithographe, conscient de la disparition progressive de son art en France (due aux innovations technologiques qui facilitent le travail des imprimeurs, qui selon lui, « enlèvent l’âme et le sens artistique ») ne perd pas espoir pour autant. Sans parler de l’interêt grandissant des écoles des Beaux Arts envers la lithographie, Mario Ferreri a créé tout récemment son association Le Grainoir, qui compte déjà plus d’une trentaine de passionnés. Le Grainoir existe depuis 2006 et  a pour mission de promouvoir la lithographie à travers la pédagogie, la création… 

D’ailleurs, Mario cherche un apprenti qui pourrait reprendre le flambeau… et pourquoi pas devenir le plus grand lithographe français de son époque !

 

L’album « Jazzographie »…

Tout au long de son séjour, Mario a collaboré avec des artistes devenus ses amis : Michel Moreau de Callas, Yves Cass de Fréjus, Charles Berberian et Yves Aubry de Paris et Carla Benvenuto de Gènes en Italie, tous passionnés par la lithographie.

Au cours de leur travail, ils ont créé des oeuvres originales spécialement pour la manifestation et à l’occasion de la venue du Carnaval Jazz des Animaux.
L’oeuvre complète, sous forme de livre d’art, s’intitule « Jazzographie » et, comme son nom l’indique, porte sur le jazz. 40 exemplaires de ces oeuvres uniques ont été mis à la vente lors du finissage (qui a eu lieu le 1er février 2018) dont 10 exemplaires colorés à l’aquarelle. 

Parallèlement à l’événement « Jazzographie », le fabuleux orchestre « The Amazing Keystone Big Band », dirigé par David Enhco, a revisité de manière exceptionnelle et originale « Le Carnaval des Animaux », le chef-d’oeuvre de Camille Saint-Saëns. Trois représentations ont été jouées au total dans la même journée : deux étaient réservées aux élèves de la CAVEM au cours de la journée et la dernière était ouverte au grand public. Accessible pour tous les âges, le spectacle a été vivement acclamé par tous.

Le finissage de « Jazzographie » a été un succès. Avant le spectacle « Le Carnaval Jazz des Animaux », Rémi Moreau, le directeur du Théâtre Le Forum a tendu le micro à Marion Ferreri, invité à monter sur scène.
Ému, le maitre lithographe a remercié l’équipe du Théâtre, ses amis artistes avec qui il a collaboré ainsi que toutes les autres personnes présentes. Il a pris le temps pour nous parler une dernière fois de la passion qu’il a pour son métier. Devant une foule émerveillée, Mario Ferreri a fait une ultime démonstration de son art. Un événement réussi à 100% !

 

   

La lithographie, un art ancien…

 

Inventée par Aloys Senefelder, à partir de 1796, en Allemagne, mais définitivement mise au point dans les premières années du XIXe siècle, la lithographie est une technique d’impression qui permet la création et la reproduction à de multiples exemplaires d’un tracé exécuté à l’encre ou au crayon sur une pierre calcaire.

La lithographie est introduite en France en grande partie grâce à Louis-François Lejeune qui la découvre dans l’atelier d’Aloys Senefelder lors des guerres de l’Empire.

Le premier atelier français est créé en 1802 à Paris.

 

La pierre

Le support d’excellence de la lithographie est la pierre calcaire à grain très fin, étant plus tendre que la pierre grisée, plus dure.

Le grain de la pierre doit être parfaitement homogène et ne présenter aucun défaut : toute imperfection peut fragiliser la structure et favoriser l’apparition de fissures, rendant la matrice impropre à l’impression. Les deux faces doivent être parfaitement parallèles.

La surface est poncée, grainée ou polie à l’aide d’abrasifs, de savon et d’eau. Une pierre lisse permet d’obtenir des traits et des aplats profonds ; une pierre grainée permet une impression en demi-teintes.

Il est indispensable que la surface soit préservée de toute trace de gras.

Le dessin

Le tracé est exécuté directement sur la pierre au crayon ou à l’encre lithographique, posée à la plume ou au pinceau. L’emploi d’encre lithographique permet d’obtenir des effets de lavis.

On peut aussi procéder à un report d’un dessin par un calque ou un « papier report ».

L’artiste ou l’artisan doit s’assurer de ne pas poser sa main sur la surface de la pierre, afin de ne pas y déposer de gras, qui apparaîtrait au moment du tirage.

La fixation de la composition

Afin d’être apte à l’impression, la composition doit être fixée dans la pierre.

La pierre est talquée puis recouverte d’un mélange d’acide et de gomme arabique, qui fixe la graisse de l’encre lithographique dans la pierre et augmente la porosité des grains restés vierges.

La pierre est ensuite rincée puis gommée.

Le tirage

Une fois le tracé exécuté, la pierre est placée sur la presse lithographique et humidifiée pour l’impression ; étant poreuse, la pierre calcaire retient l’eau. L’encre grasse est alors déposée au moyen d’un rouleau en caoutchouc. L’encre reste sur la pierre aux endroits imprégnés du gras du dessin tandis qu’elle est repoussée par l’humidité partout ailleurs. Lorsque la pierre est assez encrée, on pose le papier et on passe sous presse. Pour imprimer en couleurs, il faut recommencer l’impression de la même feuille, en re-dessinant à chaque fois, sur une pierre différente, le motif en fonction de sa couleur, et en tenant compte éventuellement des superpositions de couleurs qui donneront des teintes mixtes. Il faut donc une pierre par couleur.

Bien traitée, une pierre lithographique peut se conserver longtemps et être retirée à plusieurs reprises. Néanmoins, en raison du caractère onéreux des pierres lithographiques, il est fréquent d’effacer par polissage la composition et de réemployer la pierre pour créer une nouvelle composition.

vous aimerez peut-être aussi

LES MÉTIERS DU THÉÂTRE

Comment un spectacle est-t-il choisi ? Quelles sont les étapes et les obstacles qu’il traverse avant d’arriver jusqu’à vous ? Que se passe-t-il en coulisse lorsque vous avez les yeux rivés sur la scène ?
Vous ne vous doutez sûrement pas de la fourmilière qui œuvre de tous côtés, que ce soit avant, pendant, ou même après la représentation… Et c’est tant mieux ! Cela veut dire que notre travail a été accompli avec succès.

La saison 2017-2018 vue par le personnel du théâtre

La présentation de saison est un évènement marquant de la vie du Théâtre Le Forum, un rendez-vous lors duquel nous vous exposons les prochains spectacles...
Et si d'ailleurs nous vous révélions quels sont nos coups de cœur pour cette saison 2017-2018?

Un air de Western

Vendredi 28 octobre et samedi 29 octobre, le Théâtre le Forum a fait un bon dans l'espace et dans le temps autour du spectacle Saloon du Cirque Éloize.
Du hall du théâtre à la scène, du personnel aux artistes, cette fois, c'est tout le lieu qui s'est habillé de l'ambiance du far west !
Pour ne rien manquer des évènements du théâtre, suivez le Théâtre intercommunal Le Forum sur Facebook et Instagram !

et nos vidéos

DERRIÈRE LE RIDEAU : MONTAGE DE ROMÉO ET JULIETTE DE PRELJOCAJ – SAISON 16-17

EXPOSITION : RETOUR VERS LE FORUM – YVES CASS